BSH des nappes du bassin Adour-Garonne au 1er juillet 2017

Le Bulletin de Situation Hydrologique (BSH) est un outil de veille hydrologique qui permet de suivre l’évolution du débit des principaux cours d’eau et des réserves en eaux souterraines, notamment en période d’étiage.

Vous pouvez retrouver plus d’informations sur la manière dont le Bulletin de Situation Hydrologique des nappes est calculé par le BRGM ici.

Les 6 indicateurs et les 32 points de suivi du bassin Adour-Garonne sont décrits dans l’article suivant.

Commentaire général au 06/07/2017 :
Le mois de juin 2017 a été caractérisé par un épisode caniculaire, pendant lequel aucune précipitation n’a été enregistrée. En conséquence, les niveaux sont partout à la baisse, à de très rares exceptions près, toutes localisées dans la nappe alluviale de la Garonne. Les fortes précipitations de la dernière semaine de juin ont par contre entraîné une hausse de la piézométrie sur les ouvrages les plus réactifs. Le bulletin de juillet permettra d’analyser si cette recharge de début d’été impacte l’état des nappes. Pour le mois de juin, les niveaux sont globalement bas à modérément bas, comme les mois précédents. Cette situation reste le fruit de la courte période de recharge, liée à un automne sec. La situation est plus proche de la moyenne pour les nappes alluviales de l’Adour et du Gave de Pau. 83% des points de suivi présentent des niveaux inférieurs à la moyenne et 43% présentent des niveaux bas à très bas.

BSH AG 2017 06 - PNG - 1.4 Mo
BSH AG 2017 06

Aquifères calcaires libres du Crétacé supérieur du Périgord et du bassin angoumois
La baisse des niveaux entamée depuis avril s’est poursuivie en juin sur l’ensemble des points de suivi des aquifères calcaires libres du Crétacé supérieur du Périgord et du bassin angoumois. En conséquence de la courte période de recharge (février-mars), les niveaux sont bas à très bas. Au sud-ouest de l’entité, à proximité de la Gironde, les niveaux restent particulièrement bas, une constante depuis le début de l’année 2017. La faiblesse de la recharge annuelle peut y être comparée à celle de l’année 2012.

Nappes alluviales de la Garonne aval et de la Dordogne
Les niveaux piézométriques des nappes alluviales de la Garonne aval et de la Dordogne sont majoritairement en baisse en juin 2017. Il reste un secteur où les niveaux remontent (partie Lot-et-Garonnaise de la vallée de la Garonne) mais la dynamique de variation piézométrique   y est habituellement lente. Globalement, sur ces nappes alluviales, les niveaux restent modérément bas en ce mois de juin, à l’instar des mois précédents.

Nappe du Plio-Quaternaire aquitain
Après une phase de stabilisation des niveaux des nappes du Plio-Quaternaire en mai, la tendance est désormais à la baisse sur l’ensemble des indicateurs ponctuels. Dans la partie septentrionale, au nord du bassin d’Arcachon, et dans la partie méridionale, appartenant au bassin versant de l’Adour, les niveaux sont modérément bas mais parfois proches de la moyenne, une tendance qui se maintient depuis le mois de mars. Dans la partie centrale de l’ensemble Plio-Quaternaire, à l’est et au sud du bassin d’Arcachon, les niveaux restent par contre très bas, comme depuis le début de l’année 2017.

Nappes alluviales de l’Adour et du Gave de Pau
La baisse des niveaux des nappes alluviales de l’Adour et du Gave de Pau, entamée en mai, s’est poursuivie en juin 2017. La forte baisse du mois de mai avait fait basculer les niveaux, jusqu’alors plutôt modérément hauts depuis mars, vers des niveaux bas. La baisse a été plus limitée en juin, les niveaux sont désormais modérément bas. A l’instar des mois précédents, les niveaux restent plus bas dans la partie amont de la nappe de l’Adour.

Nappes alluviales de la Garonne amont et de ses principaux affluents
Pour les nappes alluviales de la Garonne amont et de ses principaux affluents, l’évolution des niveaux reste contrastée en juin 2017. A l’image du mois de mai, la tendance est à la baisse dans les vallées du Tarn, de l’Ariège et de l’Aveyron et dans la partie aval de la vallée de la Garonne. Plus en amont, les niveaux restent stables. Globalement, les niveaux restent bas à modérément bas. Localement, ils sont plus proches de la moyenne dans la nappe de l’Aveyron et, à l’inverse, ils sont très bas pour la nappe de l’Ariège. Pour la plupart des indicateurs ponctuels, la faiblesse de la recharge 2017 est à l’image de la recharge de 2012.

Aquifères calcaires karstifiés libres du Jurassique moyen et supérieur
Comme lors des deux mois précédents, les niveaux piézométriques des calcaires karstifiés libres du Jurassique moyen et supérieur sont globalement en baisse en ce mois de juin. Les niveaux sont globalement modérément bas, notamment pour les sources karstiques du Causse du Quercy et des Grands Causses. Ils sont plus bas dans la partie charentaise du système aquifère  .

Vous pouvez également consulter le BSH national au 1er juillet 2017 :

Note d’information sur l’état des nappes d’eau souterraine.

Carte de France de la situation des nappes au 1er juillet 2017.

Revenir en haut