BSH des nappes du bassin Adour-Garonne au 1er mai 2018

Le Bulletin de Situation Hydrologique (BSH) est un outil de veille hydrologique qui permet de suivre l’évolution du débit des principaux cours d’eau et des réserves en eaux souterraines, notamment en période d’étiage.

Vous pouvez retrouver plus d’informations sur la manière dont le Bulletin de Situation Hydrologique des nappes est calculé par le BRGM ici.

Les 6 indicateurs et les 32 points de suivi du bassin Adour-Garonne sont décrits dans l’article suivant.

Commentaire général au 14/05/2018 :
Le mois d’avril 2018 se caractérise des variations contrastées des niveaux. 45% des indicateurs ponctuels sont encore orientés à la hausse, 29% voient leur niveau se stabiliser et la tendance est à la baisse pour les 26% restants. L’évolution est également contrastée suivant les secteurs : en particulier, les niveaux sont presque tous à la baisse pour les aquifères calcaires karstifiés du Jurassique moyen et supérieur. Les précipitations du mois d’avril ont donc globalement permis de prolonger la période de recharge, avec des variations fonctions des dynamiques locales. Conjuguées à un hiver particulièrement pluvieux, cette recharge printanière contribue à des niveaux modérément hauts à très hauts sur les six indicateurs globaux. Au total, seuls 10% des points de suivi présentent des niveaux inférieurs à la moyenne, un chiffre comparable aux deux mois précédents (12,5%), alors qu’ils étaient encore 62% en décembre 2017. De plus, ces points présentent tous des niveaux modérément bas. Inversement, 71% des points présentent des niveaux au moins modérément hauts (contre 78% en mars), et 48% des points présentent des niveaux hauts à très hauts (contre 31% en mars). Enfin, un quart des points présents des niveaux très hauts, dont la moitié se trouve dans la nappe du Plio-Quaternaire aquitain. Au final, ce mois d’avril montre une poursuite de la période de recharge. Succédant à un hiver particulièrement pluvieux, elle contribue à accentuer les hauts niveaux déjà observés les mois précédents.

info document - PNG - 1.5 Mo

Aquifères calcaires libres du Crétacé supérieur du Périgord et du bassin angoumois
Les mois de février et mars 2018 avaient montré une stabilisation progressive des niveaux des aquifères calcaires libres du Crétacé supérieur du Périgord et du bassin angoumois, quoique contrastée suivant les secteurs. Les pluies de fin mars et d’avril ont fait repartir les niveaux à la hausse dans les parties occidentale et orientale. Seul l’indicateur ponctuel situé au centre du système aquifère   présente une tendance à la baisse, comme ces deux derniers mois. Les niveaux y sont modérément hauts, alors qu’ils sont désormais hauts à très hauts dans les autres secteurs. Globalement, les niveaux des aquifères calcaires libres du Crétacé supérieur du Périgord et du bassin angoumois sont donc hauts.

Nappes alluviales de la Garonne aval et de la Dordogne
Les niveaux piézométriques de la nappe alluviale de la Garonne aval et de la Dordogne restent orientés à la hausse en ce mois d’avril 2018, une hausse continue depuis le mois de décembre 2017. La seule exception concerne la partie aval de la vallée de la Garonne, où les niveaux, très hauts, se sont stabilisés depuis le mois de mars. A l’échelle du système aquifère  , les niveaux varient donc de très hauts à modérément hauts, la tendance globale, la tendance moyenne sur le système aquifère   étant des niveaux hauts, alors qu’ils étaient plutôt modérément hauts en février et mars. Cela illustre l’impact des précipitations du mois d’avril, qui prolonge la période de recharge.

Nappe du Plio-Quaternaire aquitain
Alors qu’au mois de mars 2018, l’évolution des niveaux oscillait plutôt entre baisse et stabilisation, la tendance du mois d’avril est plutôt entre stabilisation et nouvelle hausse des niveaux, du fait des précipitations enregistrées ce mois-ci. En conséquence, les niveaux sont désormais partout très hauts. La seule exception concerne l’indicateur ponctuel au sud de Bordeaux, où les niveaux restent modérément bas, comme les mois précédents. Globalement, la tendance est donc à des niveaux en hausse et très hauts pour la nappe du Plio-Quaternaire aquitain.

Nappes alluviales de l’Adour et du Gave de Pau
Alors qu’au mois de mars 2018, les niveaux étaient orientés à la baisse sur la plupart des indicateurs ponctuels des nappes alluviales de l’Adour et du Gave de Pau, le mois d’avril montre une inversion de cette tendance qui oscille désormais entre stabilisation et hausse. De plus, pour la partie amont de la vallée de l’Adour, seul indicateur ponctuel désormais orienté à la baisse, les données sont incomplètes et le résultat doit donc être nuancé. Comme les mois précédents, les niveaux sont globalement modérément hauts, mais varient d’autour de la moyenne (centre de la vallée de l’Adour) à très hauts (partie aval de la plaine de l’Adour).

Nappes alluviales de la Garonne amont et de ses principaux affluents
Pour les nappes alluviales de la Garonne amont et de ses principaux affluents, les niveaux restent globalement à la hausse en avril 2018, mais, contrairement aux mois précédents, ils se stabilisent dans certains secteurs : vallée de l’Aveyron et vallée de la Garonne au nord de la Haute-Garonne. Dans le secteur de la confluence Garonne-Tarn, que ce soit dans la nappe alluviale du Tarn ou celle de la Garonne, la hausse des niveaux avait été moins marquée que dans le reste des formations alluviales au début de l’année 2018, mais elle y reste particulièrement stable depuis le mois de mars. Dans ce secteur, les niveaux restent cependant modérément bas à proches de la moyenne alors qu’ils sont modérément hauts dans le reste du système aquifère   et même très hauts dans la vallée de l’Ariège. Globalement, les niveaux sont donc modérément hauts et toujours en hausse.

Aquifères calcaires karstifiés libres du Jurassique moyen et supérieur
Pour le mois d’avril 2018, aussi bien les niveaux piézométriques que les débits des sources des calcaires karstifiés libres du Jurassique moyen et supérieur sont orientés à la baisse sur l’ensemble de la zone, à l’exception de deux indicateurs ponctuels (sud des Grands Causses et partie charentaise la plus septentrionale) où les niveaux restent stables. Dans ce dernier secteur, les niveaux restent modérément bas, une tendance comparable à celle des mois précédents. Ailleurs, les niveaux varient entre proches de la moyenne et hauts, pour une tendance globale à des niveaux modérément hauts.

Vous pouvez également consulter le BSH national au 1er mai 2018 :

Note d’information sur l’état des nappes d’eau souterraine.

Revenir en haut