BSH des nappes du bassin Adour-Garonne au 1er septembre 2017

Le Bulletin de Situation Hydrologique (BSH) est un outil de veille hydrologique qui permet de suivre l’évolution du débit des principaux cours d’eau et des réserves en eaux souterraines, notamment en période d’étiage.

Vous pouvez retrouver plus d’informations sur la manière dont le Bulletin de Situation Hydrologique des nappes est calculé par le BRGM ici.

Les 6 indicateurs et les 32 points de suivi du bassin Adour-Garonne sont décrits dans l’article suivant.

Commentaire général au 06/09/2017 :
Le mois d’août 2017 a été caractérisé par des événements climatiques moins intenses que le mois de juillet, qui avait vu alterner fortes intempéries et fortes chaleurs. Bien que, localement, les précipitations estivales aient pu encore contribuer à des recharges ponctuelles significatives, la tendance générale est donc à une baisse des niveaux en ce mois d’août, alors qu’on se rapproche progressivement de l’étiage. A l’exception des aquifères calcaires du Crétacé supérieur du Périgord et du bassin angoumois, où les niveaux restent bas, les indicateurs ponctuels indiquent des niveaux modérément bas à proches de la moyenne. L’impact des fortes précipitations de fin juin et juillet est atténué mais toujours visible dans la plupart des secteurs. Au total, 55% des points de suivi présentent des niveaux inférieurs à la moyenne, une situation comparable à celle du mois de juillet. Par contre, 34% des points de suivi présentent des niveaux bas à très bas, une situation intermédiaire entre la forte amélioration de juillet et la situation plus critique des mois précédents.

BSH AG 2017 08 - PNG - 1.4 Mo
BSH AG 2017 08

Aquifères calcaires libres du Crétacé supérieur du Périgord et du bassin angoumois
La baisse des niveaux entamée depuis avril s’est poursuivie en août sur l’ensemble des points de suivi des aquifères calcaires libres du Crétacé supérieur du Périgord et du bassin angoumois. En conséquence de la courte période de recharge (février-mars), les niveaux sont bas à très bas. Au sud-ouest de l’entité, à proximité de la Gironde, les niveaux restent particulièrement bas, une constante depuis le début de l’année 2017. Ils peuvent être comparés aux niveaux les plus bas enregistrés pour cette même période de l’année (2005 ou 2012 suivant les cas). A l’inverse, bien que les niveaux restent en baisse, ils restent modérément hauts dans la partie charentaise de l’aquifère, au centre nord de la zone, une conséquence durable de la forte recharge ponctuelle due aux précipitations de la fin du mois de juin.

Nappes alluviales de la Garonne aval et de la Dordogne
Les niveaux piézométriques des nappes alluviales de la Garonne aval et de la Dordogne sont partout en baisse en août 2017. Les points de suivi de la nappe alluviale de la Garonne en amont de la confluence avec le Dropt montrent une plus forte réactivité aux événements pluvieux estivaux qui se sont succédé depuis fin juin. Globalement, en ce mois d’août, les niveaux restent modérément bas à proches de la moyenne, pour ces nappes alluviales, une dynamique proche de celle des mois précédents.

Nappe du Plio-Quaternaire aquitain
Après un mois de juillet d’évolution contrastée des niveaux des indicateurs ponctuels des nappes du Plio-Quaternaire, la tendance est de nouveau à une baisse généralisée en août. Cet arrêt de la baisse saisonnière des niveaux, due à la recharge ponctuelle enregistrée fin juin – début juillet suite à de fortes précipitations n’a pas eu d’équivalent sur la suite de la période estivale. Il permet néanmoins de maintenir des niveaux proches de la moyenne à modérément hauts sur la majeure partie de la nappe Plio-Quaternaire. La seule exception concerne la partie orientale du secteur, où le niveau de l’indicateur ponctuel reste bas, et même proche d’un niveau très bas.

Nappes alluviales de l’Adour et du Gave de Pau
La baisse des niveaux des nappes alluviales de l’Adour, entamée en mai, s’est poursuivie en août 2017. Depuis le mois de juin, cette baisse est cependant modérée et, ponctuellement, les niveaux peuvent se stabiliser à l’échelle d’un mois. C’est le cas dans la partie amont de la nappe alluviale de l’Adour pour ce mois d’août. Cela s’explique notamment par l’irrégulière répartition des précipitations estivales, qui permettent localement de fortes recharges ponctuelles (52 cm lors de la première semaine d’août pour l’amont de la vallée de l’Adour). En conséquence, les niveaux sont autour de la moyenne à modérément hauts dans ce secteur, une tendance qui s’est dessinée au début de l’année 2017 avant un mois de mai particulièrement sec. Seule exception, la partie centrale de la nappe de l’Adour, où les niveaux sont désormais bas.

Nappes alluviales de la Garonne amont et de ses principaux affluents
Pour les nappes alluviales de la Garonne amont et de ses principaux affluents, les niveaux sont partout en baisse en août 2017, à l’unique exception de la plaine alluviale de l’Ariège, où la piézométrie est remontée fin juillet et s’est stabilisée début août (pas de données sur la deuxième quinzaine d’août). Contrairement à d’autres aquifères du bassin, ces nappes alluviales ne réagissent pas fortement aux fortes précipitations estivales et aucune recharge ponctuelle n’a été observée en août. En conséquence, les niveaux restent donc globalement bas à modérément bas. La seule exception concerne la nappe de l’Aveyron, où les niveaux restent proches modérément hauts.

Aquifères calcaires karstifiés libres du Jurassique moyen et supérieur
Comme au mois de juillet 2017, la baisse des niveaux piézométriques des calcaires karstifiés libres du Jurassique moyen et supérieur n’est pas généralisée en ce mois d’août. Les niveaux sont stabilisés sur deux indicateurs ponctuels, sans toutefois constatée la hausse apparue localement dans la partie méridionale du Causse du Quercy en juillet. Dans ce secteur, les niveaux restent modérément hauts alors qu’ils sont plutôt bas (sud-est de la partie charentaise et nord du Causse du Quercy) à proches de la moyenne (Grands Causses) sur l’ensemble de la zone.

Vous pouvez également consulter le BSH national au 1er septembre 2017 :

Note d’information sur l’état des nappes d’eau souterraine.

Carte de France de la situation des nappes au 1er septembre 2017.

Revenir en haut