BSH des nappes du bassin Adour-Garonne au 1er novembre 2017

Le Bulletin de Situation Hydrologique (BSH) est un outil de veille hydrologique qui permet de suivre l’évolution du débit des principaux cours d’eau et des réserves en eaux souterraines, notamment en période d’étiage.

Vous pouvez retrouver plus d’informations sur la manière dont le Bulletin de Situation Hydrologique des nappes est calculé par le BRGM ici.

Les 6 indicateurs et les 32 points de suivi du bassin Adour-Garonne sont décrits dans l’article suivant.

Commentaire général au 07/11/2017 :
Le mois d’octobre 2017 se caractérise par une stabilisation des niveaux sur 50% des indicateurs ponctuels et la majorité des indicateurs globaux. Si la tendance reste à la baisse pour 40% des indicateurs ponctuels, la période de basses eaux est donc atteinte ou proche d’être atteinte pour la majorité des nappes du bassin Adour-Garonne, les niveaux repartant même à la hausse dans une partie de la nappe du Plio-Quaternaire aquitain. Les niveaux sont modérément bas pour la moitié des indicateurs globaux. S’ils sont proches de la moyenne pour le Plio-Quaternaire, ils sont par contre bas pour les nappes alluviales de la Garonne amont et de ses principaux affluents et même très bas pour les aquifères calcaires libres du Crétacé supérieur du Périgord et du bassin angoumois, un secteur en déficit marqué depuis le début de l’année 2017. Au total, 73% des points de suivi présentent des niveaux inférieurs à la moyenne, une situation aggravée par rapport à celle du mois d’août. De plus, 40% des points de suivi présentent des niveaux bas à très bas, une situation presque aussi critique qu’aux mois de mai et juin, avant que de fortes précipitations estivales n’apportent la recharge ponctuelle ayant permis d’améliorer la situation au cœur de l’été.

BSH AG 2017 10 - PNG - 1.4 Mo
BSH AG 2017 10

Aquifères calcaires libres du Crétacé supérieur du Périgord et du bassin angoumois
La baisse des niveaux entamée depuis avril s’est poursuivie en septembre et octobre sur l’ensemble des points de suivi des aquifères calcaires libres du Crétacé supérieur du Périgord et du bassin angoumois. En conséquence de la courte période de recharge (février-mars), les niveaux sont très bas sur l’ensemble des points de suivi, à la seule exception de la partie charentaise de l’aquifère, au centre nord de la zone, où les niveaux, modérément hauts en juillet et août, sont désormais bas. La tendance à la baisse est continue sur la plupart des points de suivi. Au sud de la zone, des épisodes de recharge ponctuelle ont néanmoins permis de faire remonter provisoirement les niveaux au milieu du mois de septembre et lors de la troisième semaine d’octobre.

Nappes alluviales de la Garonne aval et de la Dordogne
Les niveaux piézométriques de la nappe alluviale de la Garonne aval se sont stabilisés en octobre 2017, indiquant que la période de basses eaux est atteinte. Par contre, le niveau du point de suivi de la nappe alluviale de la Dordogne continue de baisser. Globalement, en ce mois d’octobre, les niveaux restent modérément bas à proches de la moyenne, pour ces nappes alluviales, une dynamique proche de celle des mois précédents.

Nappe du Plio-Quaternaire aquitain
En ce mois d’octobre 2017, la situation est contrastée suivant les zones pour les nappes du Plio-Quaternaire. Globalement, les niveaux restent proches de la moyenne, les précipitations estivales ayant permis de combler une partie du déficit de recharge hivernale. Pour certains indicateurs ponctuels, les niveaux s’éloignent de la moyenne : hauts immédiatement au nord-est du bassin d’Arcachon, ils sont bas un peu plus au sud-est, dans une zone où le niveau piézométrique   était déjà bas les mois précédents. L’évolution des niveaux est tout aussi contrastée. Si certains secteurs semblent avoir atteint les basses eaux au mois de septembre et entamé la période de hausse des niveaux, d’autres secteurs montrent des niveaux stabilisés, au sud de la zone. Enfin, au nord du secteur, les niveaux sont en baisse en octobre, mais après avoir augmenté en septembre suite à de fortes précipitations au milieu du mois.

Nappes alluviales de l’Adour et du Gave de Pau
La baisse des niveaux des nappes alluviales de l’Adour, entamée en mai, s’achève progressivement en octobre 2017. Le niveau reste statistiquement en baisse dans la partie amont de la vallée de l’Adour, mais cette baisse est modérée et suit une stabilisation des niveaux en septembre. Dans la partie aval de la nappe de l’Adour, des précipitations avaient permis une recharge ponctuelle (15 cm) début septembre. Les niveaux sont désormais bas à proches de la moyenne, alors que la nappe alluviale de l’Adour, à l’exception de sa partie amont, a connu des niveaux modérément hauts pendant une bonne partie de l’année 2017.

Nappes alluviales de la Garonne amont et de ses principaux affluents
Pour les nappes alluviales de la Garonne amont et de ses principaux affluents, l’évolution des niveaux est contrastée en octobre 2017. La tendance reste à la baisse dans certains secteurs (vallée de l’Aveyron, certains secteurs de la vallée de la Garonne) alors que les niveaux se stabilisent dans d’autres (vallée du Tarn, de l’Ariège et certains secteurs de la vallée de la Garonne). Les niveaux sont bas dans toute la nappe alluviale de la Garonne ainsi que celle de l’Ariège. La situation est meilleure pour les nappes des alluvions du Tarn (niveaux modérément bas) et de l’Aveyron (niveaux modérément hauts).

Aquifères calcaires karstifiés libres du Jurassique moyen et supérieur
Les niveaux piézométriques des calcaires karstifiés libres du Jurassique moyen et supérieur se sont globalement stabilisés en ce mois d’octobre 2017. Les seules exceptions concernent la partie méridionale du Causse du Quercy et la partie occidentale des Charentes, où la tendance reste à une baisse continue. Au sud-est de la partie charentaise, les niveaux sont stables, mais ils ont fortement remontés en septembre, suite à une importante recharge ponctuelle de 85 cm au début du mois. Les niveaux sont modérément bas sur l’ensemble des secteurs (Charentes, Causses du Quercy, Grands Causses), à l’exception d’un indicateur ponctuel en Charente-Maritime, où les niveaux sont bas.

Vous pouvez également consulter le BSH national au 1er novembre 2017 :

Note d’information sur l’état des nappes d’eau souterraine.

Carte de France de la situation des nappes au 1er novembre 2017.

Revenir en haut